Un grand maître de la Tradition : Bodhidharma
Au début du VIIème siècle de notre ère et après vingt-huit générations de disciples du Bouddha, le moine Bodhidharma introduisit en Chine le Bouddhisme "Tchan" (qui devint plus tard le "Zen"). Le discours de Bodhidharma est abrupt et sans concessions. A l'empereur Liang Wu-ti qui l'accueille dans son palais et lui demande : "Quelle est l'essence du Zen ?", il répond : "Un vide insondable et rien de sacré. Un ciel immaculé où l'on ne distingue plus vérité ni illusion. Rien que le monde lui-même".

Bodhidharma s'établit au temple de Shao-lin où il atteint l'éveil après neuf années de silence et de méditation face à un mur. Dans son enseignement, il décourageait toutes les certitudes de ses disciples pour les forcer à se libérer des concepts et des dogmes. Ainsi pouvaient-ils, au-delà des conditionnements et des préjugés, toucher l'essence des choses.